PAOLA CRUSOÉ T.1, Mathilde Domecq



Des vacances de rêves, une croisière pour Paola, son papa, sa petite sœur et son grand frère, direction les mers chaudes... Manque de chance, le bateau coule et la famille se retrouve sur une île presque déserte. Une situation inédite pour une famille parisienne ! Pour commencer, il ne faut pas se décourager et cerner les priorités : retrouver la petite sœur, trouver à boire et à manger, ne pas se disputer, construire un abri contre les bêtes sauvages et éventuellement un radeau pour s'échapper... Bref, s'organiser sans paniquer, c'est la galère ! 

▬  PAOLA CRUSOÉ T.1
MATHILDE DORMECQ
GLÉNAT
16 MAI 2018 (réédition)
96 PAGES
BD JEUNESSE, AVENTURE, FAMILLE 





On en revient toujours à cette même histoire de couverture qui titille mes globes. Une rouquine. Une bd jeunesse. De l'aventure, il n'en faut pas plus pour me convaincre d'ouvrir et de découvrir cette bd rééditée.

Paola. Gamine à la chevelure feu. Aventurière égarée sur une île, échouée d’une croisière avec son père, son frère et la petite dernière. De premier abord, l’île fourmille de dangers, semble masquer la mort à chacun recoin de grain de sable. Hostilité que Paola ne semble pas percevoir, avance, va au devant et accumule les péripéties au contraire de son frère qui se cloitre à sa peur.  Le début mélange amusement et crainte, fait osciller le lecteur entre deux émotions. 

Apprendre à vivre sur une autre terre.
Loin de chez soi.
Réapprendre le terme de famille.

C’est bien la famille qui se place au cœur de cette bd. Famille disloquée à cause du naufrage, c’est au père de s’imposer, de ne plus avoir à composer avec son épouse. Savoir palier à l’absence, réorganiser la famille. Doit-on dire la vérité aux enfants ? L’impossible retour ? La question se mure au silence mais ils ont compris, saisi que la mère restera une figure lointaine, consignée au passé. Une maman non présente lors du voyage. Quelques planches s’immiscent dans la vie de cette femme, éloignée, esseulée, qui n’a aucune nouvelle. Des mois s’écoulent, et rien. Ses amis supposent tous la mort du conjoint et enfants. Pas elle. Volonté combative de retrouver les siens, persuadée que leur vie n’est pas achevée. 





Planches en couleurs.
Si le choix graphique du dessin n’est pas dans mes amours premiers (cette impression que le dessin est juste numérique, alors que j’apprécie de deviner le crayon), j’en reconnais la vivacité des couleurs, le déploiement des expressions des différents personnages. 


Une bd pour les petits aventuriers.
Des péripéties qui ne font que commencer.





‣ la réécriture du mythe des naufragés
‣ le personnage de Paola, plein d'énergie (et c'est une rousse!)


‣ le dessin et son côté "trop numérique"
‣ l'aspect un peu trop "facile" d'une vie sur une île




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Adbox

@templatesyard