THE END, Zep (Rue de Sèvres)


Dans le cadre d'un stage, Théodore Atem intègre une équipe de chercheurs basée en Suède qui travaille sur la communication des arbres entre eux et avec nous. Ce groupe de travail dirigé par le professeur Frawley et son assistante Moon, tente de démontrer que les arbres détiennent les secrets de la Terre à travers leur ADN, leur codex. 

▬  THE END
ZEP
RUE DE SÈVRES
88 PAGES
25 AVRIL 2018
THRILLER, ECOLOGIE, APOCALYPSE ▬ 



Une BD avec pour thème de proue l’écologie ? Je passe mon tour, je le laisse à d’autres. Voila un sujet que je ne souhaite pas croiser dans mes lectures. Pourtant, hier soir, alors que la librairie est vide de monde, mes globes dérivent vers la couverture de The End. Et pourquoi pas ? Autant essayer, avoir un réel avis. Surtout que les précédentes BD’s de ZEP ont toujours su me séduire.

Premier regard sur la couverture qui laisse transparaître le pire. Un fond rouge, agaçant, tonitruant. Le choix des couleurs agresse un peu l’oeil mais il se justifie, tout au long de la lecture. Un vert d’eau porté par un arbre aux branches tantôt menaçante ou protectrices. Lutte de l’un contre l’autre.

L’histoire débute avec une banalité habituelle. Un jeune homme se présente dans un laboratoire (Théodore Atem), blague à propos du chercheur en chef, ne semble pas prendre la mesure des événements qui se majorent depuis quelques années. De paradisiaque, la Suède devient rapidement oppressante. Des arbres gigantesques, aux branches déployées, prêtes à égorger. La menace gronde à chaque page, se révèle sous les mots du professeur Frawley ; les arbres sont cette curiosité qu’ils observent, analysent, dépiautent. Sans succès de révélation.

L’écologie est présente à travers les propos des personnages, via ces planches qui donnent à voir un paysage décharné, abandonné de ses animaux qui s’égarent à la ville. Désordre de l’ordre. Le propos ne se veut pas moraliste. A regarder les planches, à lire les dialogues, c’est l’impuissance des personnages qui est montrée. Incapacité à modifier ce qui est déjà enclenché. Un constat. Une horreur de la réalité sous jacente.





De l’esthétique, elle est sublimée par le choix des couleurs, ces tons pastels. Parfois agressifs, parfois trop doux, trop singuliers au vu des événements décrits. Une volonté intéressante. Des planches sur format entier, des planches scindées en deux. Les formats de case s’alternent. Graphiquement, l’oeil est ravi, séduit. 

Je ne m’attarde pas sur la fin, qui mérite d’être découverte via les pages. Que la surprise que j’ai eu soit conservée pour d’autres. 




‣ l'esthétique de chaque planche.
‣ l'histoire qui ne cherche pas la morale à chaque ligne.
‣ la fin, belle surprise.


‣ l'écologie n'étant pas un sujet que je souhaite retrouver en littérature, bd et autres supports, j'ai toujours un peu de mal d'y mettre le museau.
‣ la similitude avec un film de M. Night Shyamalan, Phénomènes.




4 commentaires:

  1. moi j'ai aimé la bd dans son ensemble mais elle m'a laisse un peu sur ma fin. contrairement à toi j'ai été un peu déçue par la fin. Et pour ce qui est de l'esthétique, si j'aime beaucoup le dessin, j'ai pas vraiment compris le jeu de couleurs, ça m'a laissé perplexe.
    Si ce n'est pas indiscret, pourquoi n'aime pas tu retrouver le thème de l'écologie dans tes lectures ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je trouve que la fin est une idée intéressante. je ne m'y attendais pas, et ça laisse une petite note d'espoir.

      ce n'est pas indiscret ! l'écologie, la politique et d'autres thèmes ne m'intéressent pas. j'ai conscience que c'est important mais je ne souhaite pas discuter de ça, je laisse les sujets à d'autres. du coup, de l'écologie, en bd, j'étais terriblement réticente.

      Supprimer
  2. Et pourtant l'écologie est un thème majeur de notre société actuelle si ce n'est le thème majeur. Il va donc être beaucoup abordé et l'est déjà dans différentes formes de littérature et autres art.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je le sais bien que c'est un sujet important. mais il est déjà assez présent hors roman et bd, et ne m'y intéressant pas particulièrement, je rechigne à lire des livres qui traitent d'écologie..

      Supprimer

Adbox

@templatesyard