LA TERRE DES MORTS, Jean-Christophe Grangé



Quand le commandant Corso est chargé d’enquêter sur une série de meurtres de strip-teaseuses, il pense avoir affaire à une traque criminelle classique. Il a tort : c’est d’un duel qu’il s’agit. Un combat à mort avec son principal suspect, Philippe Sobieski, peintre, débauché, assassin. Mais ce duel est bien plus encore : une plongée dans les méandres du porno, du bondage et de la perversité sous toutes ses formes. Un vertige noir dans lequel Corso se perdra lui-même, apprenant à ses dépens qu’un assassin peut en cacher un autre, et que la réalité d’un flic peut totalement basculer, surtout quand il s’agit de la jouissance par le Mal.


LA TERRE DES MORTS
JEAN-CHRISTOPHE GRANGÉ
ALBIN MICHEL
2 MAI 2018
553 PAGES
THRILLER, ART, BDSM, FRANCE



Un policier. Je feuillette les pages de quelques romans, ne parvient pas à être intéressée. Toujours ces mêmes couvertures, ces objets oubliés par des enfants kidnappés, ces maisons dévastées et j’en passe. Ici. Surprise. Une femme nue, liée dans l’art du shibari. La quatrième de couverture présente un monde underground, une plongée au revers de la vie pailletée parisienne. Allons-y!

Des femmes défigurées. Retrouvées ligotées de noeuds complexes.
Des putains figées dans une expression double : plaisir ou douleur ?

A la lecture d'un policier, je réclame une atmosphère, une ambiance qui se teinte d'opacité perverse, de noirs déboires. Je réclame l'odieux, l'infâme, ces détails à en soulever tripes et coeur. Ici, pas d'ornements, pas de descriptions ou juste sont-ils trop sommaires pour moi, l'équivalent d'un dialecte froid de légiste. C'est le minimum qui est proposé, à croire que l'auteur s'effraie lui-même des meurtres qu'il peine à esquisser. Plus encore que les meurtres, c'est tout un milieu underground qu'on observe en lisière, à l'orée de l'imagination. Il n’y en a que pour l’enquête, la traque. Ce n’est qu’une chasse à laquelle je ne prends pas part, observe de loin.

On se faufile à l’ombre de l’inspecteur et de son équipe.

Corso. C'est le batard qui oscille entre les mondes. Entre la volonté d'une vie rangée, et le besoin de castagner les pouilleux des venelles parisiennes. Corso. C'est surtout l'image placardée du cliché attendu à propos d'un flic sur les rotules. Dommage. Il ne porte pas de différence avec les autres enquêteurs croisés au détour d’autres pages. Ce n'est que le mauvais flic, au mauvais parcours, à la mauvaise finalité.

Un suspect entre en ligne de mire dès les premières pages.

Goya. Le nom s'égrène, ravive soudainement l'intérêt. Voila que l'assassin s'est inspiré du maître espagnol. Toiles et couleurs. Visages déformés, gangrénés d'une folie noire. Je me surprends à y retrouver un intérêt. Or, celui-ci s'essouffle aussitôt, s'estompe quand sonne l'heure du procès. Révélations et impossible possibilité. Un peintre aurait crée des faux Goya, aurait su duper les experts qui ne se seraient pas empressés d'analyser chaque couche de peinture avant la mise en vente ?

Les péripéties s’accumulent. Un assassin condamné. Un procès. Un autre prend sa place. Finalement non, ce n’est pas lui, ni eux, ni tous ces autres accusés. La lassitude gagne un peu plus chaque page tournée. Si pour certains lecteurs l’accumulation de révélations et suppositions d’assassins les satisfaits, je n’en suis que blasée, peinant de plus en plus à croire à cette histoire qui possède déjà trop de craquelures internes.

Rebondissements ? Nécessité de maintenir le lecteur au dernier degré de l'appréhension ? Ennui. La vérité éclate dans un improbable charabia.

Lecture amère.




‣ les références à l'art, et surtout Goya


‣ le manque cruel de descriptions
‣ le personnage de Corso, cliché du flic pouilleux
‣ la conclusion du livre, on flirte avec l'improbable
‣ le milieu bdsm présenté comme une faune de la perversité






EnregistrerEnregistrer

1 commentaire:

Adbox

@templatesyard